Ethique et démarche : découvrez nos valeurs !

Notre éthique 

Il y a, de notre point de vue, une différence primordiale entre accompagner quelqu’un dans sa quête de sens et de mieux être, et prendre en charge ses problématiques symptomatiques… Toute approche d’accompagnement qu’elle qu’en soit sa nature, doit rendre responsable l’individu vis-à-vis de lui même et sa santé, non l’infantiliser et le rendre dépendant…

Nous avons à cœur d’exercer nos pratiques de manière éthique, droite et honnête, c’est pourquoi nous actualisons de manière constante notre approche et nos compétences. De même nos tarifs restent accessibles et non excessifs !

Par ailleurs, nous ne promettons pas de résultats spécifiques, ceux-ci découlant d’autant de paramètres, comme le choix des outils, de la relation qui s’instaure, que de la réceptivité d’une personne à la compétence employée, son hygiène de vie etc.

Notre approche ne peut EN AUCUN CAS se substituer à une thérapie au sens médical du terme :

Il ne s’agit pas de techniques médicales ou paramédicales, sinon un accompagnement respectueux et sensitif, invitant le receveur à se réconcilier avec son ressenti et le sens de sa vie.

Merci aussi de bien vouloir noter que toute attitude, demande ou attente à visée équivoque est parfaitement exclue.

Notre démarche 

Notre démarche est somato-émotionnelle et psychocorporel, elle s’adresse au ressenti corporel, nerveux et émotionnel.

Notre posture est inspirée par la puissance d’une main à l’écoute, d’un accompagnement qui se veut non-jugeant et accueillant.

Nos outils sont au service de la « digestion émotionnelle », d’une meilleur relation avec soi, les autres, la vie, d’un soi plus ouvert, ancré dans le mouvement de la vie, fluide …

Parce qu’en instaurant le climat de sécurité nécessaire, notre temple-corps offre ses confidences, et laisse se dénouer les différentes couches de tensions mémorielles, en douceur …

Parce se réconcilier avec sa part de vulnérabilité permet de la transmuter en une véritable force, posée, de dépasser le « faire semblant » d’adaptation sociétale.

Nos outils …

Le CHI NEI TSANG, la respiration expansée et libératrice, la désensibilisation par les mouvements alternatifs, les constellations, accompagnement systémique …

Au service de notre posture car la technicité seule est comme l’instrument sans l’âme d’un musicien.

De même nous évitons toute démarche protocolaire afin d’être libres et adaptés à chacun d’instant en instant !

Mieux comprendre 

La vie est une école, notre corps un réflecteur de notre histoire …

Mais … Les charges émotionnelles refoulées alimentent des luttes en nous même.

Ainsi la manière dont notre corps respire, la souplesse de ses « tissus » révèlent les carapaces que nous nous sommes forgées dans notre relation à la vie, aux autres et à nous même ! Notre corps s’exprime, nous appelle … à la pacification de nos luttes cachées !

Les épreuves nous amènent à nous questionner sur nos conflits internes, à faire un retour sur soi et entamer un cheminement d’exploration personnel … Pour nous réapproprier notre territoire de potentiels innés … Différencier la sensiblerie qui soumet, à la sensibilité qui réveille !

Accompagner vos aspirations à :

Alléger les tensions nerveuses et somatiques, période de digestion émotionnelle, période de deuils divers, alléger les mémoires du corps,  être moins dans la tête (petit vélo) et plus dans son corps (mieux vivre dans le présent),être plus à l’écoute de son corps et ses besoins, progresser vers le lâcher prise, mieux prendre sa place (et non pas celles des autres !), retrouver le respect de soi, s’ouvrir à l’autre et à la communication non violence, découvrir d’autres potentiels, lâcher progressivement les masques, mieux vivre avec son histoire et son chemin de vie.

Il s’agit ici de thérapies douces et alternatives d’approches holistiques (c’est à dire globales !)

Holos signifie « le tout ». La vision holistique, sur le plan thérapeutique, prend en compte l’individu dans sa globalité. Elle prend en considération les dimensions physique, émotionnelle, mentale, familiale, sociale, culturelle voire spirituelle, considérant que tout est lié à l’école de la vie !

En conclusion :

Nous vous proposons une démarche d’auto bienveillance et d’humilité envers soi, permettant de se rencontrer à travers le corps miroir, terrain d’une plus grande tolérance envers soi et les autres, pour faire de notre sensibilité une force, de nos épreuves un tremplin, de nos émotions des opportunités d’enseignements, sans pour autant fuir ni être dupe de ce qui nous traverse, ni nous limiter à nos croyances.

Bienvenue à l’être sensible derrière sa carapace, les masques et les diverses représentations que nous projetons sur nous même.

Accueillir et non s’apitoyer(humilité), s’ouvrir mais non être dupe

Nous rendre à l’évidence que nous ne pouvons chercher indéfiniment « réparation » auprès de la vie. Blâmer l’existence, en vouloir aux autres, à soi-même, à dieu, ne changera rien…

Chacun est responsable de sa vie, mais encore faut-il ne pas être dupe de la relation que nous entretenons avec celle-ci. Il y a souvent une lutte entre ce que nous ressentons intimement et le rationnel qui marchande, pèse et mesure.

Nos émotions, quand elles sont ressenties comme négatives ou excessives, ainsi refoulées, deviennent des charges dissimulées qui s’expriment sous forme de malaise, symptôme ou mal-être. Dans une perspective holistique, ces manifestations sont des réactions saines nous suggérant la nécessité d’entrer en contact avec nous même, simplement, sans interprétation, jugement ou projection : auto-bienveillance et humilité.

Toucher : « Entrer en contact  avec ». Le toucher n’est pas anodin, son intention peut être inductive ( nous projetons en l’autre la façon dont nous avons envie d’être touché nous-mêmes ) ou neutre et sans attente. Un toucher sans intention thérapeutique, simple, permet d’accompagner l’autre, tel un miroir, au cœur de son ressenti, sans analyse, jugement, ni interprétation. La question est : est-ce possible ? Nous nous employons, autant que nous en soyons capables humainement, à aborder notre approche en ce sens.

Ecouter : Nous pensons tous savoir écouter correctement, n’est-ce pas ? Suffit-il vraiment de tendre l’oreille, et surtout en avons-nous profondément envie ? Notre écoute est-elle dévêtue des empreintes de notre éducation, souvenirs, appréhensions, a priori etc. ? Notre façon d’écouter est ainsi le reflet de notre conditionnement. A défaut, être le plus possible en alerte à ce que nous projetons sur l’autre, nous permet d’être plus humble dans notre façon d’écouter et surtout de moins en moins dupe. En tant que thérapeute, il nous parait primordial d’évoluer en ce sens.

Ressentir : Des besoins qui nous paraissent impérieux, tel que le besoin d’amour, de reconnaissance ou encore d’exister ( la liste n’est pas exhaustive ), peuvent nous amener à jouer un rôle pour survivre au danger de la souffrance, comme la violence de propos et parfois d’actes, le sentiment d’injustice, l’abandon, le rejet ou l’humiliation, etc. Ce rôle prend parfois tellement de place, sans que nous en ayons réellement conscience, qu’il nous amène à ignorer ce que nous éprouvons : notre ressenti véritable. S’ouvrir à nos stratégies de survie et à ce que nous éprouvons intimement derrière nos multiples masques est une clef fondamentale pour ouvrir la porte vers un mieux « être », plus authentique, et dépasser peu à peu le paraître et le semblant d’être.

Accueillir : Il ne s’agit pas de tendre les bras dans une fausse compassion qui cherche à réparer les blessures béantes, mais plutôt de « laisser faire », sans intention, attente ni interprétation, se laisser parcourir par ce que nous éprouvons, avec simplicité et humanité. Il s’agit de « faire avec » et non plus contre…

Contactez-nous

Abonnement newsletter

Recevez nos prochains articles et calendrier d’événements.

Votre email ne sera pas utilisé ni revendu à des fins commerciales.

Abonnement à la newsletter :